femmesdedéfis

  • Camille AYGLON-SAURINA
  • JANNELA BLONBOU
  • Pauline COATANEA
  • Blandine DANCETTE
  • Cléopatre DARLEUX
  • Siraba DEMBÉLÉ
  • Béatrice  EDWIGE
  • Laura FLIPPES
  • Julie FOGGEA
  • Catherine GABRIEL
  • Laura GLAUSER
  • Marie-Paule GNABOUYOU
  • Tamara HORACEK
  • Manon HOUETTE
  • ORLANE KANOR
  • Amanda KOLCZYNSKI
  • Alexandra LACRABERE
  • Laurisa LANDRE
  • Amandine LEYNAUD
  • Claudine MENDY
  • Astride N'GOUAN
  • KALIDIATOU NIAKATE
  • Gnonsiane NIOMBLA
  • Estelle NZE MINKO
  • Allison PINEAU
  • Grâce ZAADI

Agenda

Accédez à la centrale d'achat et boutique officielles de la Fédération Française de Handball
  • Accueil | 
  • Actualités | 
  • #Mondial 2017 - Olivier Krumbholz : « Il est temps de se lâcher »

#Mondial 2017 - Olivier Krumbholz : « Il est temps de se lâcher »

Le sélectionneur de l'équipe de France évoque les ingrédients qu'il faudra mettre pour vaincre la redoutable équipe de Norvège, championne d'Europe et du monde en titre. Les Bleues ont rendez-vous avec l'histoire ce dimanche à 17h30 en direct sur beIN SPORTS 2 et sur TF1.

Comment situer la Norvège avant cette finale mondiale ?
On ne met pas 17 buts à la Russie et 9 buts aux Pays-Bas, sans être en grande forme. La Norvège incarne l’archétype du Handball moderne avec des arrières très véloces qui jouent rapidement. L’équipe de Norvège est le bras armé de tout un système qui est derrière. Il existe une capacité d’analyse très performante avec une mise en œuvre sur le terrain qui est remarquable. Les joueuses sont organisées et disciplinées, animées par une grande confiance. Elles courent comme des lapins du premier au dernier jour et on espère qu’elles seront un peu fatiguées.


Face à cette grande équipe, que faudra t’il réaliser pour rivaliser et gagner ?

Il faudra sortir un grand match. J’estime que nous ne l’avons pas réalisé fait jusqu’à présent. Nous avons l’obligation de trouver l’équilibre entre prises d’initiative et rigueur. Il manque un peu de tout pour maitriser les matches. Mais en même temps, la France n’est pas en finale pour rien. Nous avons la défense la plus solide et nous disposons de plusieurs dispositifs défensifs : peu d’équipes affichent un tel éventail. Notre équipe possède des qualités exceptionnelles qui ne sont pas toutes exploitées. La question se situe dans la capacité de certaines à l’exprimer et que l’équipe soit en mesure de les rassurer ainsi que de les mettre en position de tir. Voilà, j’espère que nous allons gagner dans le domaine mental et que certaines vont sortir LE match.

Quels sont les éléments supplémentaires ?

Il faudra mieux jouer sur grande espace, un secteur dans lequel nous avons été laminés sur grand espace. Avec cette équipe de France, même si nous n’avons-nous peut-être jamais été aussi forts, il nous reste à trouver la solution pour gagner les finales, même si celle sera peut-être la plus difficile. Je suis surtout concentré sur la qualité que l’on peut proposer face à une formation norvégienne que l’on connaît très bien. Il faudra aussi faire jouer les joueuses les plus fraîches et qui seront lucides. Le scénario n’est pas de faire un bon match et de mourir dans le dernier quart d’heure… Ou pire, mourir dès le premier.

Quelles sont les raisons de la présence de cette équipe sur le podium depuis 2016, aux J.O. à l’Euro et maintenant au Mondial ?
Il n’y a pas de secret. Il a fallu faire évoluer l’équipe collectivement et individuellement. On essaie tous les jours de progresser, de s’écouter en évitant de tomber dans une forme de naïveté. C’est toute la difficulté du coaching de cette équipe où pendant la finale chacun devra être à sa place et respecter la place des autres. Tout le monde parle un peu de tout et il faudra remettre de l’ordre dans la maison.

Comment expliquer les progrès de l’équipe de France depuis votre arrivée en 1998 ?
Lorsque je suis arrivé nous jouions face au Portugal, à l’Italie et à l’Espagne. Nous avons commencé à affronter le Danemark et la Norvège et cela nous a permis de progresser. Nous n’avons pas le plus beau palmarès du monde car une équipe nous bat régulièrement. Cette équipe, la Norvège, nous propose un nouveau défi qu’il faudra remporter.

Depuis le titre mondial de 2003, trouvez-vous le temps long pour remporter une 2e médaille d’or ?
Au regard de ce qu’il s’est passé en 2013 (NDLR : l’éviction d’Olivier Krumbholz), la fédération avait aussi trouvé le temps long. Je reste serein sur ce qu’il peut se passer. On a fait un beau résultat en de hissant en finale, la question est maintenant de savoir si on pourra faire un résultat exceptionnel. En 2003, le Danemark était au fond du trou et la Norvège était moins forte. Sur les trois dernières compétitions, on retrouve les mêmes équipes dans le dernier carré avec une invitée, un peu comme sur la Golden League (rires).

Dans quel état d’esprit abordez-vous cette finale ?

Pour moi ? C’est une joie. J’ai toujours considéré que mon travail consistait à amener les filles dans le dernier carré, là où elles doivent saisir leur chance. Symboliquement, je suis très attaché à notre présence trois fois consécutivement dans le dernier carré. Nous allons aider les filles afin qu’elles ne se trompent dans la façon de préparer une finale. Ne pas surjouer, être lucide et appliquer à la lettre le plan de jeu. Il est temps de se lâcher.

RÉSULTATS DES DEMI-FINALES
À Hambourg, vendredi 15 décembre :
Pays-Bas - Norvège : 23-32 (10-17)
Suède - France : 22-24 (12-11)

PROGRAMME DES FINALES
À Hambourg, dimanche 17 décembre :
- à 14h30 - places 3-4 :
Pays-Bas - Suède
- à 17h30 - places 1-2 :
Norvège - France. À suivre sur beIN SPORTS 2 et TF1.

LE GROUPE DE 19 JOUEUSES POUR LE MONDIAL : Gardiennes : Cléopatre DARLEUX (Brest Bretagne HB) - Catherine GABRIEL (ES Besançon) - Amandine LEYNAUD (Vardar Skopje) / Ailières gauches : Siraba DEMBÉLÉ - capitaine (Rostov) - Manon HOUETTE (Metz HB) / Arrières gauches : Orlane KANOR (Metz HB) - Kalidiatou NIAKATÉ (Nantes LA) - Gnonsiane NIOMBLA (Bucarest) / Arrière gauche / Demi-centre : Allison PINEAU (Brest Bretagne HB) / Pivots : Béatrice EDWIGE (Metz HB) - Laurisa LANDRE (Metz HB) - Astride N'GOUAN (Brest Bretagne HB) / Demi-centres : Estelle NZE-MINKO (Siofok) - Grâce ZAADI (Metz HB) / Arrières droites : Camille AYGLON-SAURINA (Bucarest) - Alexandra LACRABÈRE (Vardar Skopje) - Jannela BLONBOU (OGC Nice) / Ailières droites : Blandine DANCETTE (Nantes LA) - Laura FLIPPES (Metz HB)

LE STAFF : Entraîneur : Olivier KRUMBHOLZ / Adjoints : Sébastien GARDILLOU, David BURGUIN et Christophe CAILLABET / Préparation physique : Pierre TERZI / Médecin : Gérard JUIN / Kinésithérapeutes : Denis DELANAUD - Pierre GILLET et Annick LE NAOUR / Préparateur mental : Richard OUVRARD / Assistant : Philippe RAJAU / Relation Media : Hubert GUÉRIAU / Directeur Technique National : Philippe BANA