femmesdedéfis

  • Camille AYGLON-SAURINA
  • Siraba DEMBÉLÉ
  • Béatrice  EDWIGE
  • Laura FLIPPES
  • Julie FOGGEA
  • Laura GLAUSER
  • Marie-Paule GNABOUYOU
  • Tamara HORACEK
  • Manon HOUETTE
  • Amanda KOLCZYNSKI
  • Alexandra LACRABERE
  • Laurisa LANDRE
  • Amandine LEYNAUD
  • Astride N'GOUAN
  • Gnonsiane NIOMBLA
  • Estelle NZE MINKO
  • Allison PINEAU
  • Grâce ZAADI

Agenda

Accédez à la centrale d'achat et boutique officielles de la Fédération Française de Handball
  • Accueil | 
  • Actualités | 
  • ENTRETIEN DU LUNDI : Siraba Dembélé : « la France est une équipe sérieuse »

ENTRETIEN DU LUNDI : Siraba Dembélé : « la France est une équipe sérieuse »

Exposée l’an passé à la sortie d’un Mondial 2015 qui avait révélé des dysfonctionnements dans le staff de l’équipe de France, Siraba Dembélé savoure d'autant plus la médaille de bronze remportée hier à Göteborg.

Accueilles-tu avec le même plaisir cette médaille de bronze comparée à celle gagnée il y a 10 ans ?
Il y a dix ans, j’avais été immédiatement une enfant gâtée. Depuis j’ai appris à connaître la difficulté à remporter une médaille. Je suis contente et fière que l’équipe ait performé 4 mois après les J.O. Se remettre dedans a vraiment été difficile.

Que faire maintenant pour remporter un titre ?

Il va falloir axer notre travail sur le jeu collectif, sur le jeu d’attaque afin qu’il soit moins porté sur les individualités. Nous avons progressé mais nous avons encore de la marge. Nous sommes sur le bon chemin.

Et peut-être faire preuve de plus de sérénité ?

Je trouve qu’au contraire, nous avons affiché beaucoup de sérénité, notamment dans les moments difficiles où nous n’arrivions plus à marquer. On a su gérer. J’y reviens : notre problème c’est le travail de l’attaque et la variété des solutions dans le jeu. Réussir à faire des changements qui n’altèrent pas la qualité de notre jeu. Pour résumer, il nous faut de meilleures bases, ce sur quoi nous reposer quand cela va moins bien.

Au regard de ta performance et de la défaite face à la Norvège, as-tu bien dormi la nuit suivante ?
Après la Norvège, j’étais très déçue car je voulais apporter plus. Alors perdre et en plus comme ça,  avec le sentiment de n’avoir rien fait, c’était dur. Mais je n’avais pas le temps de pleurnicher. Il fallait rebondir.

À ton relais, Manon Houette a aussi contribué à ce succès collectif…
C’est très important de savoir que derrière nous pouvons compter sur la jeunesse. Pouvoir doubler les postes, c’est fondamental car personne ne peut disputer tous les matches intégralement sur une telle compétition. Je suis contente pour Manon car elle a explosé sur cette compétition.

Comment cette médaille de bronze s’inscrit-elle après celle d’argent remporté à Rio ?
Pour démontrer que les J.O., ce n’était pas de la chance et que la France est une équipe sérieuse. Ce qui nous arrive est le fruit du travail. Avec cette médaille de bronze, nous avons encore franchi un pas. Performer deux fois de suite, il faut bien comprendre que c’est très difficile. La Russie, championne olympique, ne figure pas dans le dernier carré.

La France est qualifiée pour le Mondial 2017 en Allemagne et l’Euro 2018 en France…
C’est parfait car nous n’arriverons pas en fin de saison avec le stress de devoir nous qualifier pour le Mondial. On pourra se poser et travailler c’est bien.

Il y a un an tu avais pris sur toi pour demander du changement à la tête des Bleues. Ces récompenses ont-elles un parfum particulier pour toi ?
Cela prouve que nous avions raison. Nous savions que nous étions capables et qu’il fallait régler un problème. Mais ce fut tellement difficile pour moi : j’en ai pris plein la gueule. Alors c’est normal que j’ai aujourd’hui envie de me défendre. Toute ma vie, je me souviendrai de cette période difficile. Ces médailles me font beaucoup de bien et même plus que cela.

Le prochain Euro 2018 se déroulera en France. Il faudra gérer une pression particulière…

Nous disposons de 2 ans pour nous préparer. Bien sûr, c’est super de jouer à la maison mais ce sera une sacrée pression qu’il faudra apprendre à gérer.

Avant cet Euro, Olivier confiait vouloir surfer sur le management des J.O. Que voulait-il dire ?
Depuis qu’il est revenu, il a changé son managérat. Il nous laisse beaucoup d’autonomie, il se situe dans l’échange et dans la responsabilisation. Il s’est lui aussi remis en question.

Perçu comme un unique adepte de la défense, Olivier Krumbholz semble bien vous guider aussi de l’autre côté du terrain ?
Oui et je pense aussi que cette équipe possède les qualités individuelles que nous n’avions pas forcément auparavant. Nous avons mis au point notre jeu collectif. Nous avons désormais de la continuité dans le jeu, sans nous reposer sur des exploits individuels. On peut encore faire mieux mais oui je pense qu’aujourd’hui nous jouons mieux au Handball.