femmesdedéfis

  • Camille AYGLON-SAURINA
  • Pauline COATANEA
  • Siraba DEMBÉLÉ
  • Béatrice  EDWIGE
  • Laura FLIPPES
  • Julie FOGGEA
  • Laura GLAUSER
  • Marie-Paule GNABOUYOU
  • Tamara HORACEK
  • Manon HOUETTE
  • Amanda KOLCZYNSKI
  • Alexandra LACRABERE
  • Laurisa LANDRE
  • Amandine LEYNAUD
  • Claudine MENDY
  • Astride N'GOUAN
  • Gnonsiane NIOMBLA
  • Estelle NZE MINKO
  • Allison PINEAU
  • Grâce ZAADI

Agenda

Accédez à la centrale d'achat et boutique officielles de la Fédération Française de Handball
  • Accueil | 
  • Actualités | 
  • Entretien du lundi - Laura Glauser : « L’EURO 2018 en tête »

Entretien du lundi - Laura Glauser : « L’EURO 2018 en tête »

Le 30 septembre dernier, Laura Glauser annonçait sa grossesse et une naissance attendue pour le mois d’avril. Une nouvelle heureuse sur laquelle la vice-championne olympique a souhaité revenir et confier ses objectifs : disputer l’EHF EURO 2018 et les J.O. de Tokyo.

Te sens-tu soulagée d’avoir effectué cette annonce ?
Pour des raisons évidentes, je ne pouvais pas l’annoncer dès le début de la grossesse mais je l’ai fait dès que cela a été possible. Depuis, je me sens soulagée et libérée. Je n’ai pas eu à mentir, si je puis dire, car j’étais à l’arrêt à cause d’un problème aux cervicales. Depuis le début de l’année, je me suis bloquée la nuque à cinq reprises.

Sans entrer dans ton intimité, as-tu réussi à programmer cette grossesse au moment que tu estimais le plus opportun pour toi ?
Dame nature a été un peu tardive (rire) mais oui c’était bien cette année que je souhaitais démarrer cette grossesse. Et je n’ai pas fait cet enfant dans le dos : j’avais fait part de ce désir bien en amont au président de mon club Metz HB, Thierry Weizmann, et à l’entraîneur, Emmanuel Mayonnade. C’était très important pour moi de le faire dans les règles afin que tout le monde puisse se préparer et accepter aussi que je sois enceinte.
 
Ce désir d’être maman est intense…
J’ai l’ambition de mener une carrière professionnelle au moins jusqu’à 35 ans. Et il n’était pas envisageable d’attendre cet âge là pour mettre en route un premier enfant. En même temps, je voulais mettre toutes les chances de mon côté pour participer à l’EHF EURO 2018 puis aux J.O. de 2020. La période actuelle était la seule petite fenêtre possible.
 
C’est peut-être un peu prématuré pour l’évoquer mais as-tu déjà en tête un planning pour revenir sur le terrain ?
Fixer d’ores et déjà une date de retour ne serait pas raisonnable car il existe de nombreux aspects à prendre en compte : la prise de poids, l’accouchement et l’arrivée du bébé. Je me battrai pour revenir au top de ma forme et j’espère bien être présente pour préparer la saison prochaine. Aujourd’hui, même si je commence à avoir un petit bidon (sourire), je continue à m’entretenir physiquement.
 
Tu ne crains pas que ta passion, le Hand, te manque pendant ces quelques mois ?
Lorsque j’ai entendu l’hymne de la Ligue des Champions lors du premier match aux Arènes de Metz, j’ai eu envie de me trouver sur le terrain. Finalement j’ai pris beaucoup de plaisir à suivre mes coéquipières. Quelque part, j’ai été soulagée. Alors bien sûr le Hand va me manquer mais cette maternité est la plus belle chose que l’on puisse m’offrir.
 
Puisque tu es privée de ton activité favorite, que vas-tu faire pendant ces quelques mois ?
J’ai des week-ends et c’est tout nouveau pour moi (rire). Profiter de ma famille et de mes amis est un privilège car cela fait longtemps que je suis partie vivre à Metz. Je débute une formation pour devenir soigneur animalier, afin de travailler plus tard dans un zoo ou dans une réserve animalière. Ce sera un diplôme à mettre dans ma poche.
 
C’est une question que l’on devrait plus souvent poser aussi aux jeunes papas. Comment vas-tu gérer les premiers stages, les premiers déplacements ? En as-tu parlé avec des joueuses qui ont connu cette situation plutôt inédite dans le sport de haut niveau ?
Non, pas encore mais je pense que je vais réussir à gérer. Mes proches, ma maman et une baby-sitter m’aideront pendant ces périodes. SI je fais partie de la liste pour l’EHF EURO 2018, ce sera sûrement plus simple car la compétition aura lieu en France.

De plus, tu es à l'affiche de cet EHF EURO 2018...
Cet événement Handballissime est en permanence. dans un coin de ma tête Ce n’est parce que je suis dessus mais je trouve cette affiche très jolie et efficace car elle dégage plein de choses. C’est un élément de motivation supplémentaire.

Ce jeudi 19 octobre à Paris, tu participeras, avec Daniel Narcisse, au lancement des Journées Nationales de l’Arbitrage (20 au 30 octobre), en tant que Marraine. Est-ce un engagement qui te tient à cœur et quel est ton rapport à l’arbitrage ?
Lors de cette soirée de lancement, je vais représenter le monde du Handball féminin et l’équipe de France. Pendant un match, je suis dans ma bulle et je dois dire que je ne fais pas trop attention aux arbitres, je me concentre surtout sur ma défense. Le fait de jouer au poste de gardienne m’offre parfois la possibilité d’échanger sereinement avec l’arbitre qui est posté près du but. J’ai plutôt une bonne relation avec les arbitres et je sais combien leur rôle est difficile.
 
Un dernier mot ?
Je souhaite affirmer mon total soutien à Metz HB et à l’équipe de France. Même si je ne participe pas aux déplacements et aux stages, je suis à fond derrière mes coéquipières. J’aime vraiment ces deux équipes. Je serai présente lors du premier tour du Mondial à Trèves et comptez sur moi pour encourager l’équipe de France : je vais donner de la voix !