femmesdedéfis

  • Camille AYGLON-SAURINA
  • JANNELA BLONBOU
  • Pauline COATANEA
  • Blandine DANCETTE
  • Cléopatre DARLEUX
  • Siraba DEMBÉLÉ
  • Béatrice  EDWIGE
  • Laura FLIPPES
  • Julie FOGGEA
  • Catherine GABRIEL
  • Laura GLAUSER
  • Marie-Paule GNABOUYOU
  • Tamara HORACEK
  • Manon HOUETTE
  • ORLANE KANOR
  • Amanda KOLCZYNSKI
  • Alexandra LACRABERE
  • Laurisa LANDRE
  • Amandine LEYNAUD
  • Claudine MENDY
  • Astride N'GOUAN
  • KALIDIATOU NIAKATE
  • Gnonsiane NIOMBLA
  • Estelle NZE MINKO
  • Allison PINEAU
  • Grâce ZAADI

Agenda

Accédez à la centrale d'achat et boutique officielles de la Fédération Française de Handball

#Amical - Les championnes du monde partagent les points

Dans un palais des sports palois bouillant, l'équipe de France et du Brésil se sont séparées sur un score nul, 24 à 24 (15-11). Les Bleues seront à nouveau rassemblées en toute fin de saison, pour un stage de préparation physique à Capbreton avant de rallier la Martinique en juillet pour un double France - Norvège.

AVANT-MATCH : Derrière vos écrans ou depuis l'imposant Palais des Sports de Pau, il ne faudra rien manquer de ce 2e rendez-vous. Les championnes du monde vont se produire devant le Brésil puis remiser leur maillot 2 étoiles jusqu'au mois de juillet prochain et le déplacement aux Antilles. À la Martinique, les Bleues se produiront à deux reprises face à la Norvège. Pour être du voyage, en passant par la case préparation physique à Capbreton fin juin, il faudra se montrer totalement convaincante cet après-midi. Car si Olivier Krumbholz admet que la Ligue des Champions mobilise les cadres de son équipe, il attend plus de la jeune garde tricolore. En lever de rideau, les championnes d'Europe U20 managées par le Béarnais Éric Baradat, ont remporté un match de gala, 18 à 16 (10-10) face à l'équipe espagnole de Bera-Bera.

COMPTE-RENDU : S'il fallait désigner le meilleur public pour l'équipe de France féminine, celui de Pau ne serait pas loin de la première marche : l'accueil réservé aux championnes du monde est tout simplement handballissime dans ce Palais des Sports de Pau. Et pas seulement pour Alexandra Lacrabère, star absolue dans le Béarnais, mais pour l'ensemble du collectif tricolore. Une ambiance exceptionnelle prolongée jusqu'aux hymnes puis le recueillement  pendant la minute de silence en hommage aux victimes du terroriste qui a frappé vendredi.

L'émotion d'Alexandra Lacrabère
Catherine Gabriel, Laura Flippes, Alexandra Lacrabère, Grace Zaadi, Béatrice Edwige, Estelle Nze-Minko et la capitaine Siraba Dembélé donnent le coup d'envoi. Laura Flippes, au terme d'un superbe mouvement collectif, ouvre le score bientôt suivi d'un but d'Estelle Nze-Minko excellente jeudi dernier. Ce début de match est marqué par le jet de 7m manqué par Alexandra Lacrabère sûrement émue d'évoluer pour la première fois de sa carrière à domicile, devant tous ses proches. Le Brésil n'en a cure et s'offre un 3-0 pour prendre les commandes du match. Siraba Dembélé puis Allison Pineau, sur jet de 7m, ramènent l'équipe de France à la hauteur des championnes du monde 2013 : 4-4 (9e). Estelle Nze-Minko écope de la première sanction de 2 minutes. Après un superbe mouvement collectif, Laura Flippes ouvre le score. Catherine Gabriel réalise un 2e arrêt. Alexandra Lacrabère réplique à Bruna De Paula avec un doublé (6-5, 12e). Allison Pineau, Camille Ayglon-Saurina, Manon Houette et Amanda Kolczynski sont entrées sur le 40x20m, bientôt suivies par Gnonsiane Niombla

Une première période mieux maîtrisée
Les deux équipes se neutralisent (6-6) dans un match d'un niveau supérieur à celui disputé à Bayonne jeudi soir. Allison Pineau obtient un jet de 7m et transmet le ballon à Alex Lacrabère qui, sous les vivas du public, prend le meilleur sur Barbara Arenhart.
Parfaitement servie, Laurisa Landre marque à deux reprises (9-7). Céline Dumerc, ancienne capitaine des Braqueuses, apprécie le spectacle. Les Bleues sont bien concentrées mais les Brésiliennes ne lâchent rien et restent au contact : Ana Paula Belo égalise (10-10, 22e). Après Jorge Duneas plus tôt, c'est au tour d'Olivier Krumbholz d'appeler ses joueuses pour un temps-mort. Par deux fois et à tour de rôle, Manon Houette et Estelle Nze-Minko, revenue dans le dispositif de défense 1-5, donnent de l'ampleur au score (14-10, 27e). La défense tricolore réalise un gros travail pour juguler les incursions des Vertes. En infériorité numérique après l'exclusion de Patricia Silva, les Brésiliennes encaissent un 5-0 avec le 2e but de l'après-midi d'Amanda Kolczylski. Jessica Quintino inscrit son premier but et il est temps de rejoindre les vestiaires : 15-11 en faveur des Bleues.

Le Brésil se rebiffe
Le retour des vestiaires est contrariant avec un 3-9 signé par les Sud-Américaines. Un superbe kung-fu initié par Alexandra Lacrabère conclu par Siraba Dembélé met fin à cette hémorragie. Les arrêts de Cléopatre Darleux offrent du répit aux championnes du monde qui marquent à nouveau, avec Camille Ayglon-Saurina (17-14, 40e). Edouarda Amorin plante une 6e banderille puis Alexandra Lacrabère manque un jet de 7m. L'une des rares montées de balle tricolores, est conclue par Allison Pineau. Camille Ayglon-Saurina et Manon Houette hissent l'équipe de France à 20-18, après qu'Ana Paula Belo et Béatrice Edwige aient été exclues deux minutes. Dès son retour sur le parquet, Belo ramène son équipe à - 1 (20-19, 48e). Allison Pineau trouve la lucarne de Gabriela Moreschi (21-19). Béatrice Edwige est à la conclusion d'un bel enclenchement. Jorge Duenas rassemble ses joueuses qui trouvent ensuite la faille avec Jessica Quintino pour égaliser (22-22).

Collé serré
La fin de match s'annonce au couteau car le Brésil est au contact des Tricolores. Allison Pineau marque sur jet de 8m mais Ana Paula Belo est intenable et maque une 5e fois. Frustrée jusque là par sa prestation, Cléopatre Darleux double en 6 minutes, son capital d'arrêts avec 8 balles stoppés. Camille Ayglon-Saurina redonne l'avantage à sa formation mais l'équilibre est instable avec un court avantage (24-23). Les échecs de Manon Houette puis de Jessica Quintino gèlent le score du money-time. Camille Ayglon-Saurina obtient un jet de 7m qui pourrait offrir la victoire aux Françaises. Le tir d'Allison Pineau échoue sur la barre et les Bleues, à 30 secondes du terme, restent sous la menace des Auriverde. Edouarda Amorin prend le dernier tir et ajuste Cléopatre Darleux : les deux équipes, comme à Tremblay-en-France sept mois plus tôt, se séparent sur un score nul, 24 à 24.

STATISTIQUES :
FRANCE - BRÉSIL : 24-24 (15-11)
Arbitres : Karim et Raouf Gasmi - 6 500 spectateurs

FRANCE
Gardiennes :
Gabriel (30', 4 arrêts sur 15) et Darleux (30', 8 arrêts).
Joueuses de champs : Ayglon-Saurina (3/4) - Pineau (4/7) - Landre (2/3) - N'Gouan - Zaadi - Houette (3/4) - Niakate - Dembélé (cap) (2/4) - Flippes - Horacek - Edwige (/1/1) - Kolczynski (2/3) - Nze-Minko (2/3) - Niombla (1/1) - Lacrabère (3/5) - Exclusions temporaires : Pineau, Niakaté, Flippes, Edwige et Nze-Minko (2).

BRÉSIL

Gardiennes : Moreschi (30', 8 arrêts) et Arenhart (cap) (30', 2 arrêts sur 17)
Joueuses de champ : De Paula (5/8) - T. Araujo (2/2) - Belo (5/9) - Quintino (3/4) Arnehart (0/1) - Amorin (7/13) - Gomes (1/1) - L. Araujo (0/2) - D. Da Rocha (0/1) - A. Da Silva - Matieli - Facchinello - Costa (1/3) - Souza - P. Silva (0/1) - Exclusions temporaires : B. De Paula, Belo et Gomes.

DÉCLARATIONS :
Olivier Krumbholz : On met en place des croisés mais on n’a pas vu beaucoup d’initiatives des arrières au tir d’autant que la défense brésilienne ne montait pas haut sur ce type de situation. Il y a plein de petites choses à revoir, que chacune soit à sa place et à ses responsabilités. Nous avons aussi un peu fragilisé l’équipe au travers des mauvais changements. Je pensais bien qu’on n’allait pas les battre ce dimanche de 15 buts. Sur la fin de match, l’équipe a psychoté alors qu’au contraire il aurait pu être jouissif de gagner un match comme ça. Avec plus de lucidité, celle que nous avions en fin de match lors du Mondial, nous aurions fini par gagner. Il faut faire preuve d’humilité sur le jeu avec plus de rigueur et reconstruire l’état d’esprit. Et au moment du débriefing, si on doit s’engueuler, ce n’est pas grave.

Alexandra Lacrabère : Il y a des ballons que l’on ne gère pas de la même façon qu’au Mondial et qu’on ne gèrera pas pareil à l’Euro. Après ce match nul, il n’a rien d’alarmant. C’est une fin de stage et il y a de la fatigue. Ce n’est pas une excuse car le Brésil a mieux joué cet après-midi et Amorin s’est réveillée car il y avait plus de monde (sourire). Au-delà du match nul, Olivier (Krumbholz) n’est pas satisfait car nous avons connu un gros relâchement en 2e période. On ne prend pas les tirs de loin, on n’est pas précis en défense. Aux jets de 7m aussi, il y a eu des erreurs. Le retour d’Arernhart dans les buts, une gardienne de niveau internationale, peut aussi l’expliquer.

Cléopatre Darleux : C’était une bonne semaine de retrouvailles et de travail sur la route de l’EHF EURO 2018. On a eu des frissons ce soir, notamment au moment de la Marseillaise. Il y a de la déception de ne pas avoir gagné car la communion aurait pu être plus forte encore avec le public. Mais il y a eu du suspense car c’était accroché et les gens aiment ça généralement. Nous n’avons pas produit la même défense que lors du dernier match du Mondial où nous étions en pleine bourre. Il y a eu un peu de relâchement cette semaine et il y a eu plusieurs bobos, cela veut dire que nous sommes toutes fatiguées. Nous n’avons pas arrêté de la semaine, le planning était très chargé. Chaque moment a été utilisé pour préparer la suite en vue de l’Euro.

Allison Pineau : Nous sommes frustrées car nous aurions aimé gagner à domicile. On ne peut s’en prendre qu’à nous-mêmes. On aurait pu gagner plus facilement mais on a par exemple raté 4 jets de 7m. On ne s’est pas mis dans les meilleures dispositions pour gagner. Nous les avons un peu écrabouillées jeudi et il fallait s’attendre à une réaction. On a bien répondu en 1e et on a peu bafouillé en 2e période. Il y a un petit manque de concentration, en témoigne les 2 x 2 minutes liées à des mauvais changements, que l’on n’aurait sans doute pas connu dans un moment plus important. Il y avait des thèmes de travail cette semaine et on sait que tout ne sera pas parfait jusqu’à l’Euro. Nous sommes championnes du monde mais il y aura des moments difficiles, on le sait.

LE GROUPE : Gardiennes : Cléopatre DARLEUX (Brest Bretagne HB) - Catherine GABRIEL (ES Besançon) - Amandine LEYNAUD (Vardar Skopje) / Ailières gauches : Siraba DEMBÉLÉ, capitaine (Rostov) - Manon HOUETTE (Metz HB) / Arrières gauches : Kalidiatou NIAKATÉ (Nantes LA) - Gnonsiane NIOMBLA (Bucarest) / Arrière gauche / Demi-centre : Allison PINEAU (Brest Bretagne HB) / Pivots : Béatrice EDWIGE (Metz HB) - Laurisa LANDRE (Metz HB) - Astride N'GOUAN (Brest Bretagne HB) / Demi-centres : Tamara HORACEK (Issy-Paris HB) - Estelle NZE-MINKO (Siofok) - Grâce ZAADI (Metz HB) / Arrières droites : Camille AYGLON-SAURINA (Bucarest) - Alexandra LACRABÈRE (Vardar Skopje) / Ailières droites : Blandine DANCETTE (Nantes LA) - Laura FLIPPES (Metz HB)  - Amanda KOLCZYNSKI (ES Besançon).

LE STAFF : Entraîneur : Olivier KRUMBHOLZ / Adjoints : Sébastien GARDILLOU, David BURGUIN et Christophe CAILLABET / Préparation physique : Pierre TERZI / Médecin : Cindy CONORT / Kinésithérapeutes : Pierre GILLET, Annick LE NAOUR, Célestin DAILLY / Préparateur mental : Richard OUVRARD / Assistant : Philippe RAJAU / Relation Media : Diane PROUHET / Directeur Technique National : Philippe BANA.